© 2016 NEWSODN Compagnia di Maria Nostra Signora
  • Jeudi, 09 Décembre 2021
  • Saint Pierre Fourier

Femmes immigrées et présentation médiatique

Défis de l’éducation aux médias de la communication: le phénomène de l’immigration qui a toujours existé, quoique avec des caractéristiques différentes, a atteint une importance toute spéciale durant cette dernière décennie.

Juillet 2013 | Mª Rita Calvo Sanz, odn (Roma, Italia) | Justice et Solidarité

Les médias, avec l’immédiateté et l’insistance qui les caractérisent, ont fait que ce phénomène est entré dans nos maisons et nos mentalités comme quelque chose propre à notre époque, alors qu’il n’en est rien, et en le traitant parfois à partir de perspectives très réductrices y compris d’un point de vue négatif.  Nous devons ajouter à cela la féminisation de l’immigration et l’image qui est donnée des femmes au sein de cette réalité. La Fondation Internationale de Solidarité de la Compagnie de Notre-Dame (FISC), travaille depuis déjà dix ans pour que la voix des immigrés soit entendue et que la société puisse avoir les moyens et les ressources nécessaires pour se situer face à cette réalité d’une manière critique et constructive.

 

Dans le cadre de cette ligne de travail, s’est tenu à Saint-Sébastien, les 13 et 14 juin, le séminaire international  Femmes immigrées et présentation médiatique, coordonné par la FISC, avec la participation de la Fondation TAU et financé par le Conseil Général du Guipúzcoa. Le séminaire faisait partie du projet de sensibilisation et d’éducation au développement  HITZA-Dugu. Immigrés ayant une parole : la voix des femmes. Ce projet a été développé sur un an, avec l’objectif que la société et particulièrement les jeunes, apprennent à regarder, à lire et à écouter de façon critique les messages médiatiques pour pouvoir se faire une idée personnelle, objective et responsable. L’accent a été mis sur la question homme-femme, aspect fondamental de cette éducation au développement, qui cherche à créer des attitudes, des dynamiques de relation et de comportements permettant une plus grande égalité et complémentarité, ainsi qu’une manière de réorienter les mécanismes de transmission des modèles traditionnels qui soumettent la femme à l’homme.

Le projet comprenait diverses activités théoriques et pratiques centrées sur la lecture critique et l’éducation aux médias, pour nous situer d’une façon lucide, active et engagée dans ce scénario de notre époque, sans préjugés ni stéréotype, en renforçant les compétences de communication. Dans le cadre de l’éducation dans les écoles, on a travaillé, en tant qu’expérience pilote, avec des professeurs et des élèves des Cycles de Grande Section Maternelle et ceux d’Intégration Sociale de la Ikastola Compañía de María de Bergara. Hors école, avec des professionnels d’organisations qui travaillent pour la défense des droits des immigrés, des journalistes et des techniciens d’éducation au développement. En même temps, on a maintenu une intervention directe avec des organisations d’immigrés.

Pour le développement de ce Projet, Oralia Paredes, spécialiste en éducation aux moyens de communication, a conçu le guide “Education aux moyens de communication. Immigration, interculturalité et la question des femmes”. Il a cinq modules de travail divisés en sections; chaque section comporte différentes activités didactiques pour apprendre à analyser les contenus que les medias nous proposent et pour en produire de nouveaux.

Le séminaire, outre le fait de permettre la mise en commun des résultats du projet, de l’expérience élèves-professeurs et des ONGs et Associations qui s’y sont impliquées, a bénéficié de la contribution de personnes expertes en matière d’immigration et de communication, venant de différentes parties du monde:

Amaia Unzueta, spécialiste en migrations, question de la femme et développement, nous a mis en contact avec l’immigration d’origine étrangère au Pays Basque, à partir de la perspective de la question homme-femme. Cela a eu une influence sur le type de présence et d’activité que les différentes associations de femmes immigrées ont réalisé dans cette région, et qui reflète parfaitement la dynamique migratoire au niveau global. Amaia nous a invités à aborder cette question à partir d’une vision élargie qui nous permette de comprendre que la question homme-femme détermine les schémas de migration, leurs différentes expériences selon qu’il s’agit d’hommes ou de femmes.

Isabel Moya, Directrice de l’Editorial de la Mujer et de la Revue “Mujeres” de la Fédération des Femmes Cubaines, Présidente de la Chaire sur le Genre, et de la Communication de l’Institut International de Journalisme José Martí. Elle nous a parlé des Femmes du Sud dans les medias du Nord, en nous faisant prendre conscience des images que les médias nous montrent d’elles. En outre, elle nous a donné des exemples sans paroles, son sourire et son attitude pleine de vie et combative est une invitation à transformer les obstacles en défis et à faire en sorte qu’aucun obstacle ne nous empêche de profiter de la vie comme d’un cadeau.

Joan Ferrés i Prats, Professeur des Etudes de Communication Audiovisuelle de l’Université Pompeu Fabra (UPF) de Barcelone. Sa conférence Education médiatique et compétence émotionnelle, nous a expliqué l’apport de la neuro-science pour la compréhension des mécanismes émotionnels et inconscients, parfois racistes ou xénophobes, qui sont sous-jacents dans les processus mentaux. Grâce à cela, nous pouvons effectuer une démarche d’intégration de l’éducation médiatique qui aura des conséquences non seulement sur un changement d’opinions de la part de la société mais aussi et surtout sur un changement d’attitudes et de comportements.

Lucía Lagunes Huerta, Coordinatrice générale de l’Agence de Noticias Comunicación e Información de la Mujer, A.C. (CIMAC) du Mexique et cofondatrice du Réseau International des Journalistes sensibles à la question homme-femme. Dans son exposé: Responsabilité des médias, à partir de son expérience de journaliste, elle montre qu’une digne représentation des femmes dans les médias est encore loin d’être atteinte. La conception de certains journalistes sur ce que sont les femmes et les hommes et la place qu’ils occupent dans la société influe de façon consciente ou inconsciente sur la construction de leur article. Pour qu’un changement  se produise, il faut que convergent des volontés différentes, depuis les Etats jusqu’aux citoyens en général, en passant par l’alliance avec les femmes journalistes et leur autonomie qui, en ces domaines, n’est pas facile pour elles.

Oskar Tejedor, cinéaste et producteur, Directeur et coordinateur du Forum de Co-production internationale Lau Haizetara au sein du Festival International de Saint-Sébastien. Les images du documentaire “Compañeras de viaje” (Compagnes de voyage) et du court-métrage de fiction “Atrapados”, (Piégés) nous ont montré, avec réalisme, ce que vivent les femmes qui laissent leurs êtres chers au soin d’autres personnes pour s’occuper ici des autres, ainsi que le rôle que jouent les Associations dont l’objectif est le soutien et la défense des droits de ces femmes.

A la fin de chaque session, Virginia Imaz, de la Compagnie Oihulari Klown, par sa façon de recueillir ce qui avait été dit de manière humoristique et satirique, faisait un résumé de ce qui était fondamental, ôtant la dureté du sujet en provoquant nos rires et en faisant qu’en même temps cela se grave plus profondément dans notre souvenir.


Au nom du Conseil d’Administration de la Fondation de Solidarité de la Compagnie de Notre-Dame, nous remercions le Conseil Régional de Guipúzcoa pour son soutien qui nous a permis de mener à bien ce projet de sensibilisation et d’éducation au développement. Ceci nous a aidés à analyser avec un regard neuf la réalité de l’immigration dans laquelle nous vivons chaque jour et à sentir que nous sommes responsables de l’image que nous vendent les médias, étant donné que ceux-ci sont un reflet de la société dont nous faisons partie.

Nous voulons également remercier chaque personne qui a permis cette rencontre, et d’une manière spéciale Sr Mª Luz Sarabia, Coordinatrice de ce secteur à la FISC, ainsi qu’Imanol Zubiondo, Directeur de la Fondation. Il nous reste maintenant le défi de mettre en oeuvre cette initiative et de la développer dans d’autres institutions éducatives.

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

1 Comentarios

María Elena dice:
Me alegra mucho la realización de este evento, pues necesitamos sensibilizarnos en este aspecto, sobre todo como fue en el Seminario con visión crítica desde la perspectiva de género y la participación de México por Lucía Lagunes Huerta de CIMAC, noticias.