© 2016 NEWSODN Compagnia di Maria Nostra Signora
  • Mardi, 23 Octobre 2018
  • Saint Jean de Capistran

Femmes exploitées par nos systèmes de vie

Le “trafic” des femmes et des mineurs, pour le travail et la prostitution, défie notre mission éducative dans les pays de provenance et de destination des “victimes”

Septembre 2013 | Eugenia Bonetti, MC (Roma, Italia) | Justice et Solidarité

Les Communautés religieuses féminines, fidèles aux intuitions prophétiques et charismatiques de leurs Fondateurs, ont été, tout au long de l’histoire de ces derniers siècles, des exemples lumineux sur la manière de répondre aux nécessités et aux pauvretés de chaque époque.

Presque toutes les Congrégations féminines ont cherché à répondre et à s’occuper des nécessités de la femme marginalisée, soumise et exploitée. Le moyen le plus efficace de sortir les jeunes de la pauvreté, de la vulnérabilité et de leur offrir l’occasion d’une saine émancipation qui leur rende cette dignité qui leur appartient est sans doute la formation et l’instruction. Encore aujourd’hui, beaucoup de femmes –surtout dans les pays en voie de développement– vivent marginalisées comme il y a quatre siècles, quand Jeanne de Lestonnac sut écouter et accueillir le cri de tant de jeunes demandant de l’aide pour transformer par l’éducation, le vide de leur nuit en lumière du jour et de la vie.

Après quatre siècles consacrés à l’éducation et à l’instruction des jeunes qui demandaient de toute part dans le monde un accompagnement pour obtenir une place dans la société, nous nous trouvons encore face à de grands défis dus aux changements radicaux. Cependant grâce à Dieu ce charisme très actuel demeure vivant, mais il doit faire face à une société en constant changement, qui questionne nos valeurs et nos systèmes de vie et d’éducation. Cette réalité demande un travail en réseaux et une implication de toutes les forces qui oeuvrent dans ce domaine, pour redécouvrir les valeurs perdues et tendre à créer une société équilibrée, harmonieuse et respectueuse des droits et des devoirs de chaque personne créée à l’image de Dieu.

L’objectif de cette recherche est de partager, soit comme membres de la Compagnie de Notre-Dame, soit avec les nombreuses personnes qui travaillent dans le secteur de l’éducation et de la formation, le désir de découvrir de nouveaux champs d’action et d’enseignement. La triste situation de milliers de femmes et de mineurs venant en grande partie de pays pauvres et qui vivent l’expérience de l’exploitation et de la nuit est pour nous aujourd’hui, un grand défi qui questionne nos méthodes éducatives elles-mêmes. Aujourd’hui encore tant de personnes appellent et ne trouvent pas de main tendue qui les accompagne vers la lumière. Les exploitants et consommateurs de sexe moyennant argent, doivent eux-mêmes être aidés à rompre les chaînes de leur esclavage, de mort et de désordre pour retrouver les véritables valeurs sur lesquelles ils peuvent construire leur vie.

Mes recherches et mon partage ne se basent pas sur des considérations intellectuelles d’un phénomène en constante évolution, mais ils veulent être la communication fraternelle d’une expérience de 13 ans, vécue en contact direct avec le monde de la “nuit”, d’abord à Turin dans un centre d’accueil pour des femmes émigrées et ensuite à partir de 2000, à Rome, comme responsable de la USMI pour le secteur du “Trafic”. 

(...)

Lire l'article complet
ici
 

Eugenia Bonetti: Coordinatrice du programme de lutte contre le trafic de personnes, membre de la USMI- Union des Supérieures Majeures d’Italie.

 


 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

0 Comentarios