© 2016 NEWSODN Compagnia di Maria Nostra Signora
  • Samedi, 20 Janvier 2018
  • Saint Sébastien

Le Carême

Le chemin de la conversion.

Mars 2015 | Alberto Ramírez (Medellín, Colombia) | Spiritualité

Nous nous préparons chaque année dans l’Eglise, durant le Carême, à célébrer la grande fête de notre salut, la fête où nous commémorons la mort et la résurrection du Seigneur. Durant cette fête, nous faisons mémoire de ce qui constitue pour nous le fondement même de notre existence chrétienne, comme Saint Paul le décrit en parlant du baptême: notre “configuration” au Christ en sa mort et en sa résurrection (Rm 6,1s). Les témoignages les plus anciens de la fête de Pâques remontent au IIème siècle: nous les rencontrons dans de nombreux textes des Pères de l’Eglise, mais en particulier dans les homélies pascales des premiers siècles. On y décrit l’expérience liturgique primordiale de l’Eglise comme un processus qui culmine par la grande célébration du triduum pascal, mais qui comprend une période de préparation, le carême, et une période post-pascale qui s’étend jusqu’à la célébration de la Pentecôte.
Concernant le Carême, nous avons eu ces dernières années un message des Papes, surtout ceux de l’époque récente, qui nous proposent à chaque fois un thème auquel ils donnent une importance particulière. Rappelons-nous, entre autre, les messages des Papes Jean-Paul II et Benoît XVI. Cette année, le Pape François nous a proposé un message qui a pour titre une citation de l’épître de Saint Jacques (“Tenez ferme”): dans ce message, il invite tous les chrétiens à dépasser, par une attitude propre au Carême, une situation qui touche notre monde comme une tentation, la situation de l’indifférence. Le Pape parle d’une “mondialisation de l’indifférence” et nous invite à assumer à ce sujet une pédagogie qu’il appelle la pédagogie de la “formation du coeur”, employant une expression prise dans l’Encyclique Deus Caritas est du Pape Benoît XVI. Cette expression est profondément en accord avec le sens général du message et son titre: “Tenez ferme”.

Dans le but d’inspirer notre attitude de conversion en ce sens durant ce Carême, le Pape nous propose de méditer trois passages de l’Ecriture qui ont une relation intrinsèque: le texte de 1 Corinthiens 12,26 (“Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance”), pour nous inviter à susciter en nous la conscience ecclésiale, une conscience de communion; le texte de Genèse 4,9 (“Où est ton frère?”), pour fomenter l’attitude de la compassion en nos communautés concrètes; et le texte de Saint Jacques 5,8 (“Tenez ferme”), pour nous inviter à poser notre regard sur notre condition concrète de croyants et ainsi nous encourager à assumer avec enthousiasme de façon personnelle cette proposition de la conversion.

Il est évident que nous tous, chaque chrétien en particulier, nos communautés concrètes, l’Eglise entière, nous devons accueillir cette invitation à la conversion que nous propose le Pape dans ce message. Il est très important pour nous d’acquérir cette disposition à dépasser l’attitude d’indifférence et à accueillir avec générosité l’appel que nous adresse toujours le Seigneur à avoir, à tous les niveaux de la vie, une attitude d’ouverture. Il faut, par une attitude de conversion, dépasser la tentation de nous refermer sur nous-mêmes, la tentation aussi de constituer des communautés qui ne s’intègrent pas dans la grande communauté de l’Eglise et qui n’aient pas la disponibilité voulue pour sortir du centre vers “les périphéries”, comme le Pape l’a signalé plusieurs fois en se référant à de nombreuses situations de la vie. Sans cette attitude d’ouverture, il est impossible de vaincre la tentation de redevenir indifférents face à Dieu et face aux autres. Mais au contraire, par une attitude de conversion qui dépasse cette tentation, il sera possible d’acquérir la véritable capacité dont nous avons besoin pour vivre avec authenticité notre expérience chrétienne: la capacité de la communion. Pour cela, dans sa première recommandation pour méditer un texte de l’Ecriture durant le Carême, le Pape insiste sur la pensée de l’Eglise. Il faut que nous développions tous, de plus en plus dans notre vie, une sensibilité communautaire.

Mais, par ailleurs, cette ouverture que le Pape nous invite à avoir doit disposer notre coeur, toute notre existence, à partager fraternellement la vie avec les autres dans nos communautés concrètes et au-delà. Il s’agit d’une invitation à développer de plus en plus en nous la sensibilité fraternelle dans le sens de la compassion, surtout concernant ceux qui souffrent. C’est là la manière de rendre raison de ce qu’est par nature notre religion: une religion de la miséricorde, de l’amour infini, de la compassion. De cette façon, nous pourrons démontrer également l’authenticité de notre adhésion à la personne du Seigneur, dans laquelle se fonde notre existence chrétienne, et nous pourrons démontrer, finalement, l’authenticité de l’expérience de Dieu qui rend notre foi possible.

La Compagnie de Notre-Dame vit en ce moment un processus intense de préparation en vue de la célébration de son XVIIème Chapitre Général qui aura lieu dans quelques mois, avec le thème exprimé par son titre : “Porteurs de créativité évangélique en notre monde” et qui doit permettre d’ “expliciter les virtualités du Charisme” de Sainte Jeanne de Lestonnac. Cette période de préparation du Chapitre Général coïncide avec la grande célébration liturgique de l’Eglise. Il n’est pas difficile de mettre en relation le travail intense de préparation pour le Chapitre que réalise la Compagnie dans toutes ses communautés avec l’esprit du temps liturgique que nous vivons, et de façon spéciale avec l’appel à la conversion que nous lance le Pape François en cette période de Carême. Tout ce que nous entreprenons dans nos communautés implique en fin de compte une intention de conversion: la disposition à nous désinstaller, pour sortir de notre indifférence, pour réveiller un nouvel enthousiasme qui nous permette de développer toute la créativité que contiennent les charismes suscités par l’Esprit-Saint dans notre Eglise.

Cette année est aussi celle de la Vie consacrée et cela crée un climat ecclésial avec une signification spéciale pour réaliser l’intention du Chapitre Général de la Compagnie. Celle-ci veut montrer, comme elle l’a fait durant toutes ces années, sa disposition à accueillir l’esprit de rénovation de la vie consacrée proposé par le Concile Vatican II: nous célébrons précisément cette année le cinquantenaire de la promulgation du Décret Perfectae caritatis. C’est un moment propice pour susciter dans la vie consacrée la conscience ecclésiale et, surtout, pour encourager en nous l’effort pour vivre avec toute la communauté de l’Eglise la proposition de l “aggiornamento” que nous a laissée le Pape Jean XXIII et qui doit nous servir pour être les véritables interlocuteurs dont a besoin, à partir de notre existence chrétienne et consacrée, le monde moderne et le monde à venir.
 

Alberto Ramírez Z.: prêtre de l’Archevêché de Medellin. Docteur en Théologie. Professeur de l’Université Pontificia Bolivariana et du Celam. Aumônier de la Compagnie de Notre-Dame.


Télécharger l'article PDF

AJOUTER UN COMMENTAIRE

0 Comentarios