© 2016 NEWSODN Compagnia di Maria Nostra Signora
  • Vendredi, 22 Juin 2018
  • Saint Paulin de Nole/Saint Jean Fischer et Saint Thomas More

Dieu est amour

Juin 2015 | María Claustre Solé, odn (Barcelona, España) | Spiritualité

L’expérience nous dit qu’ “amour” et “aimer” sont les mots les plus habituels et les plus doux du langage, accessibles à tous les hommes et toutes les femmes de tous lieux, de tous temps et de toutes cultures. En effet, l’homme grandit, se réalise et trouve son bonheur dans l’amour; la fin de son existence est d’aimer.

La confiance est en étroite relation avec l’amour et seul l’amour peut nous offrir la joie de vivre. Dans la confiance qui naît de l’amour, notre vie s’unifie, s’humanise, et trouve son entière réalisation. C’est ce que nous montrent les personnes qui ont fait de l’amour leur programme de vie. Saint Augustin le disait déjà: Aime et fais ce que veux ou Thérèse d’Avila qui affirmait que dans la vie chrétienne il ne s’agit pas de beaucoup penser mais de beaucoup aimer. Plus récemment, c’est ainsi que l’a aussi compris et vécu Mère Coínta Jáuregui, qui fut capable de le traduire dans le service quotidien qu’elle considérait comme l’amour dans le détail ou les détails de l’amour.

Le thème de l’amour est présent tous les jours dans notre monde à travers les médias mais, bien souvent, que de manipulations, de conditionnements, de chantages dans ce domaine! Pourquoi est-ce si difficile pour tant de personnes de satisfaire cette nécessité vitale qui nous permet de grandir, mûrir et, finalement, nous réaliser et nous rendre heureux? Pourquoi l‘amour est-il souvent lié à tant de souffrance et de frustration? Lorsque l’amour nous manque, nous avons recours à des substituts et les choses matérielles deviennent de plus en plus importantes. Nous sommes dans une société dans laquelle presque tout a un prix, mais l’amour ne peut être acheté ni vendu, ni volé ni exigé. Assez fréquemment, nous vivons un amour qui attend de recevoir quelque chose en retour, qui aime parce qu’il se sent attiré par l’objet aimé et qui l’aime précisément pour cela. L’amour véritable ne peut être proposé et accepté, offert et reçu, que dans et à partir de la liberté.

La psychologie nous dit que nous ne pouvons aimer les autres si nous ne commençons pas par nous aimer nous-mêmes et nous ne pouvons pas nous aimer nous-mêmes si, auparavant, nous ne nous sommes pas sentis aimés, chéris tendrement. C’est là la clef. Se convertir à l’Amour implique d’apprendre à aimer gratuitement: être une main qui se tend pour donner, sans rien espérer en retour.

(...)

Lire l'article complet

Maria Claustre Solé, odn: Docteur en Théologie, spécialité en Ecriture Sainte, Professeur à la Faculté de Théologie de Catalogne et à l’Institut de Sciences Religieuses de Barcelone.


 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

1 Comentarios

Gloria cecilia Londoño ciro dice:
Maria Claustre, me ha gustado el enfoque de tu artículo sobre el amor de Dios y el amor a los demás incluyéndonos nosotras mismas. es un amor abierto a otros y pienso que es necesario fortalecer las experiencias gratuitas de amor de tal manera que demos testimonio del gozo de amar y no solo de presentar el costo del amor o el sufrir cuando se ama. Para mí, amar va unido a la experiencia de gozo como la imagen de la novia en Cantar de los cantares o en los poetas de los poetas. Nuestro mundo requiere volver a las dimensiones de trascendencia que se dan cuando se ama y se da una entrega generosa al otro, capaz de ir más allá de los propios horizontes. Gloria Cecilia,odn, desde Colombia