© 2016 NEWSODN Compagnia di Maria Nostra Signora
  • Viernes, 15 Diciembre 2017
  • San Valeriano / Santa Silvia

Des enfants de l’école maternelle mukuna avec les déplacés de la guerre

«Il n’y a pas de riche qui n’ait rien à recevoir de l‘autre ni de pauvre qui n’ait rien à donner».

Mayo 2015 | Cécile Mwasi Kibali, odn (Butembo, República Democrática del Congo) | Experiencias

Peut-on imaginer qu’étant à l’école Maternelle, il existe encore un « plus petit » que soi ?

Cette activité a été vécue par les enfants de l’école maternelle Sainte Jeanne de Lestonnac de Mukuna, paroisse « Notre-Dame du Mont Carmel » à Butembo-Mukuna.

Au cours de la réunion du deuxième trimestre, le personnel de l’école maternelle et les parents ont exprimé le désir de se rendre proches des nécessités des environs et nous avons choisi la situation des déplacés des guerres venant de la contrée de Beni, région où avaient lieu des tueries sans nom.

Avant de quitter la cour de l’école, enfants, personnel et représentants des parents, ont offert au Seigneur cette journée, car elle était qualifiée de «journée spirituelle».

A 9h30, le bus est arrivé et sans plus tarder les enfants y sont montés ainsi que l’équipe accompagnatrice dont Antoinette TSUMBIRA, odn envoyée par notre communauté de Mukuna.

Durant le voyage, nous avons contemplé la ville de Butembo et son monument historique ; nous nous sommes arrêtés également devant le monument de Monseigneur Emmanuel KATALIKO, (premier évêque autochtone du Diocèse, remarquable agent de développement et de paix), à l’entrée de la cathédrale Mater Dei. La sœur directrice a fait une petite leçon sur ce dernier. Elle a appris aux enfants qu’il était le pasteur de notre diocèse de Butembo Beni avant Monseigneur PALUKU SIKULI Melchisedek. De là, nous sommes allés jusqu’à l’Institut Technique Agronomique et Vétérinaire, (I.T.A.V.) où nous avons reçu quelques leçons d’initiation. Nous avons constitué deux groupes pour adapter la matière à chaque niveau. Les niveaux I et II ont approfondi l’activité exploratrice sur les plantes de nos jardins et le niveau III est allé voir les vaches qui travaillaient avec la charrue. Ce même niveau a visité la grotte mariale de l’U.C.G ainsi que l’Eglise, pour susciter chez nos enfants le respect des lieux sacrés.

Aux environs de 11h, nous avons continué notre voyage jusqu’à la Curie de la Cathédrale, lieu où se rencontrent les déplacés. Avant de les rejoindre, les enfants ont admiré la grotte de la Bienheureuse Anuarité Clémentine et nous lui avons offert les intentions que nous portions au fond de nos cœurs, entre autre : pour nos familles, nos enseignants et pour les personnes auxquelles nous allions rendre visite. De là, nous sommes allés à la salle où nous attendaient les déplacés. Ils nous ont chaleureusement accueillis.
La Responsable nous a donné la parole et nous avons dit le but de notre présence ; leur exprimer notre solidarité : mot dit par les enfants. Puis nous avons fait la prière dirigée par les enfants eux-mêmes et qui ont conclu par un petit refrain très parlant, en ces termes: «Dieu dans son amour, nous a donné un moyen de communication qui est la prière. Cette prière est une puissance éternelle et salutaire. La prière est un dialogue d’un chrétien avec son Dieu.»

Après cette prière, nous sommes passés à la distribution du colis de vêtements, par quatre enfants représentant le groupe, et une enveloppe de 200$ remise par la directrice au chef des déplacés.

La joie de tous était inexprimable ; ils l’ont manifestée par des chants, des applaudissements et des paroles de remerciement. Cette activité reste pour tous, enseignants, parents et enfants, un souvenir inoubliable.
Et nous ne manquerons pas de signaler aussi l’attitude d’endurance dont ont fait preuve les enfants pendant cette matinée, vu qu’à l’école, aux environs de 10h, la majorité réclame à manger ; mais ce jour là, ils ont tenu jusqu’à 12h30 sans rien demander, sauf de l’eau: Que c’est beau!

C’est après 12h30 que nous nous sommes rendus au Restaurant « Bâtiment MUSOSA » pour prendre notre repas. Tous les enfants ont mangé à leur faim : du sucré et un « lunch box » contenant des frites, de la viande et des oignons. Ce fut pour les enfants un lieu de repos et de détente.

Aux environs de 13h30, nous avons repris la route vers Mukuna, notre quartier, en faisant une escale à la Clinique médicale de Monsieur Satiro où nous avons salué l’un de nos enfants qui y était hospitalisé. Il a eu ainsi la joie de voir ses amis et de recevoir sa part de repas qui lui avait été réservée.

Nous concluons en rappelant cet adage: «il n’y a pas de riche qui n’ait rien à recevoir de l‘autre ni de pauvre qui n’ait rien à donner».

C’est pourquoi, par la radio locale, nous avons voulu partager l’expérience vécue à toute la population pour que chacun voie comment assister les plus pauvres, selon ses possibilités. Ainsi nous pouvons rendre effective la solidarité organique qui encourage la complémentarité et l’assistance mutuelle au sein d’une société.

Notre action de grâce s’adresse à Dieu qui a rendu cet apostolat possible, aux parents qui se sont mobilisés pour nous soutenir matériellement et à toutes les personnes qui nous ont accompagnés de près ou de loin pour cette réalisation. Que Dieu soit loué!

 

Cécile Mwasi Kibali, odn: responsable de l’Ecole Maternelle Ste Jeanne de Lestonnac.


Télécharger l'article PDF

AÑADIR COMENTARIO

2 Comentarios

dice:
Merci pour tous que vous fait. Que Dieu vous blesse!
Maria Teresa Carmona dice:
Mamá Teresa les envía amor a los de la escuela de Mukuna y ora por los niños y jóvenes en especial por mis regalones que deben estar en sexto.

Experiencias