Le Cameroun dans sa diversité

Unir leurs forces pour assurer la paix.

Julio 2014 | Lidvine Nguemeta, odn (Cameroun) | Otras áreas

Pays situé au cœur de l’Afrique, entre l’Afrique Centrale, l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, le Cameroun est marqué par une diversité de végétations, de faunes et de reliefs mais aussi de langues, de cultures et de peuples. C’est pour cela qu’il est très souvent présenté comme une «Afrique en miniature». 

Cette diversité n’est pas seulement culturelle, mais elle est aussi religieuse, dans la mesure où les Camerounais de confessions religieuses différentes cohabitent dans la paix. Ainsi, on peut facilement trouver au sein d’une même famille, d’un quartier, d’une entreprise, des chrétiens, des musulmans, et des adeptes des Religions Traditionnelles. Depuis son indépendance en 1960 et surtout le Referendum de 1972 au cours duquel les Camerounais de la partie Anglophone et ceux de la partie Francophone ont choisi librement de revivre leur unité, les Camerounais ont toujours été jaloux de cette unité . Dès lors, ils n’ont cessé de cultiver en eux le désir de vivre ensemble malgré leurs diversités culturelles, religieuses et d’opinions qui restent cependant une richesse. « 
Le Cameroun est un et indivisible » c’est le leitmotiv qui revient chaque fois des dires des Camerounais quand ils sentent une partie de leur territoire menacée.

La paix faisant partie de la devise du Cameroun, le peuple camerounais est souvent prêt à taire ses divergences internes pour sauvegarder cette paix quand elle est menacée. Depuis que cette paix est sérieusement menacée dans nos frontières Est à cause des conflits en République Centrafricaine, et au Nord, à cause de la Secte Islamiste Boko-Haram qui sévit au Nigeria voisin, le gouvernement camerounais a pris des mesures pour mettre hors d’état de nuire cette «multinationale d’économie criminelle à orientation plus politique que religieuse » selon les mots du Professeur Vincent Ntuda Ebode .

Ayant multiplié des enlèvements des expatriés sur le territoire camerounais et plus précisément dans la région sahélienne de l’Extrême-Nord, frontalière au Nigeria, et libéré certains au prix d’une rançon, la Secte Boko Haram est devenue la cible de l’Armée camerounaise et de la population. 

Même si certains analystes disent que le gouvernement a été lent à déployer les moyens appropriés pour la lutte contre les terroristes, il n’en demeure pas moins vrai que les Camerounais sans distinction de religion, de chapelle politique, de culture, ont décidé d’unir leur force à celles des militaires pour sécuriser le pays et tous ceux qui y vivent: nationaux et étrangers. C’est pourquoi, il n’y a pas un jour qui passe, depuis la déclaration de guerre du chef de l’Etat contre Boko Haram, sans que les chefs traditionnels, les chefs religieux, les partis politiques, la Société civile, ne lancent un appel à la collaboration avec les Forces de l’Ordre. L’objectif est de démasquer et de pousser loin des frontières camerounaises ces ennemis du développement humain et intégral de l’homme.
Cependant, il faut reconnaitre que la meilleure façon de lutter contre cette nébuleuse est « d’améliorer la gouvernance économique politique et sociale ». Il s’agit donc à court, à moyen et à long terme de lutter contre la pauvreté, l’analphabétisme, l’oisiveté et le chômage qui touchent certains jeunes qui sont des populations vulnérables et susceptibles à se laisser attirer par l’argent qui leur est offert pour appartenir à cette secte moyenâgeuse.

Mais, comme le dit le psalmiste, «Si le Seigneur ne bâtit la maison, en vain peinent les bâtisseurs », les Camerounais ont également opté pour la prière et le jeûne afin d’aider à mettre hors d’état de nuire cette secte qui a tant fait de mal à nos Frères Nigérians et à certaines familles camerounaises. Surtout en cette période où nos frères et sœurs musulmans ont commencé leur Ramadan, période de jeûne et de prière intenses. Que le Seigneur accueille l’offrande de chacun de ses enfants et qu’Il incite le peuple Camerounais et ceux qui vivent sur le territoire camerounais à pratiquer la Justice et la Paix selon le cœur de Dieu.


Descargar artículo en PDF

Lidvine Nguemeta, odn: religieuse de l’Ordre la Compagnie de Marie Notre-Dame. De nationalité Camerounaise, Máster en Biblia. elle est en mission à Bordeaux depuis Septembre 2013.

 

AÑADIR COMENTARIO

0 Comentarios